Le fonctionnement de ces systèmes, soit le dépoussiérage par voie humide, prévoit le transfert de matériels particulaires de l’air à l’eau.

Afin de contenir la quantité de déchets polluants produits, il s’avère essentiel de séparer l’eau des poussières afin de pouvoir l’utiliser dans un nouveau cycle de lavage.

Les technologies utilisables se différencient tant par la méthode de contact entre gaz et liquide que par le système de séparation utilisé.

Scrubber à lits flottants

Dans les scrubbers à lits flottants, les corps de remplissage sont représentés par des sphères creuses maintenues en mouvement continu par le passage de l’air.

Grâce au frottement continu des corps de remplissage les uns contre les autres, on obtient la séparation des poussières captées en phase humide du gaz et on prévient le risque d’entassement.

Les scrubbers à lits flottants sont très souvent utilisés dans le pré-traitement de l’air dans les installations de compostage, dans lesquelles le problème fondamental est l’obstruction des scrubbers due au bio-encrassement.

En outre, il est possible d’ajouter à la solution de lavage un réactif acide pour l’abattement de l’ammoniac.

L’air à dépoussiérer est accéléré de façon à pouvoir garantir un contact plus important entre l’air même à dépoussiérer et l’eau utilisée pour le captage des particules polluantes.

Ce système a l’avantage de ne pas présenter de risques d’obstruction: toutefois, l’énergie nécessaire au fonctionnement est supérieure à celle nécessaire pour les systèmes par voie humide flottants ou les systèmes par voie sèche, comme les filtres à manches.

S’agissant d’un système à haute énergie, il est souvent adapté aussi aux captages de poussières de graine très petite.

Venturi scrubber

Les venturi scrubbers sont utilisés normalement comme pré-traitement de dépoussiérage, en amont des scrubbers statiques pour la neutralisation chimique (oxydation chimique) des polluants.

Les venturi scrubbers ou cyclones sont souvent utilisés dans le milieu industriel quand on a des poussières particulièrement difficiles à traiter, comme par exemple les poussières de plâtre ou de ciment.

Un aspect particulièrement critique concerne le système de séparation des poussières une fois qu’elles sont passées en phase liquide: dans les applications industrielles, on peut réaliser des systèmes automatiques de séparation basés sur des filtres de type tamis ou séparateurs gravimétriques.